Les dernières heures de la semaine ont été agréables, lorsque j'ai su que je la retrouverais à la sortie du train.

Elle était là (en noir, comme d'habitude), fluette (elle se croit faible) mais droite (elle est forte). J'avais souvent eu envie de l'avoir devant moi pour la serrer dans mes bras. J'hésitais. Elle me connait? En tout cas elle m'a tendu les siens. Puis le métro. Mon trajet quotidien, mais avec son épaule à côté de la mienne.

Ce n'était pas (trop) dur de la quitter, je la revoyais le lendemain. Mais le soir il m'a quand même fallu un ragout (plat de réconfort). Heureusement, il fut réussi. La moindre contrariété aurait pu me faire pleurer.

Une après-midi, c'est long, c'est grand. Quand on en rêve de loin, durant les mois d'absence. Une après-midi, c'est traitre. Saviez vous qu'en vrai, elles ne durant que quelques heures? Ses doutes et son doux sourire. Un bisou sur la joue. Parce qu'être là pour l'autre ne sert à rien dans la plupart des cas. Mais que dans ces même cas, être là fait quand même beaucoup.

Qu'il est dur d'écrire sur une chose si fragile et précieuse que cette amitié-coup de foudre.

1

Photo de mon inphotographiable un ragout d'agneau en solitaire. Je me suis inspiré de cet Irish Stew; en laissant errer un peu mes envies... Une viande fondante, une sauce épaisse et savoureuse et quelques dumplings fermes sous la dent juste comme j'aime.

Pour une personne

  • 150g d'agneau (collier ou épaule)

  • 1 carotte

  • 1 grosse tomate

  • ½ oignon

  • 2 càs de vin blanc sec

  • 250 ml de bouillon de bœuf

  • 1 feuille de laurier

  • 1 branche de romarin
  • farine, sel, poivre

  • huile d'olive et beurre

Pour les dumplings

  • 30 g de farine

  • 3 à 5 g de beurre

  • une pincée de levure, une autre de sel et un peu de thym

  • lait froid

Il faut du temps, pour se réconforter.

(Mais les odeurs de cuisson y participent déjà)

  • Émincez l'agneau assez finement (ou moins, comme vous l'aimez!). Salez, poivrez et farinez les morceaux.

    Émincez l'oignon, coupez la carotte (pelée) en rondelles puis les rondelles en 2 ou 4 si elles sont larges. Coupez la tomate en dés.

  • Faites chauffer l'huile et le beurre dans une cocotte., sur feu assez vif. Lorsque la viande est bien dorée, ôtez-la.

  • Baissez un peu le feu et faites revenir carottes et oignons pendant 7 min.

  • Ajoutez le vin et la tomate. Laissez un peu réduire.

  • Ajoutez le bouillon, la viande, le laurier et le romarin. Couvrez et laissez mijoter 45 min.

 

  • Pendant ce temps, préparez les dumplings. Mélangez farine, levure, sel et thym. Ajoutez le beurre en petits morceaux et mélangez en sablant. Ajoutez le lait froid petit à petit pour obtenir une pâte ferme mais non collante.

    Formez des boulettes de la taille qui vous sied (toutes petites, format noisette, pour moi) et placez les au frigo le temps de la cuisson.

     

  • Découvrez la cocotte et faites encore mijoter 30 min (en rajoutant de l'eau si ça réduit trop.

  • Ajoutez alors les dumplings. Si le ragout est dense, veillez à les « enfoncer » sous la surface pour qu'elles cuisent dans le liquide. Laissez mijoter 10 min et servez brulant...

    2