30 septembre 2015

Je ne sais pas quelles fleurs acheter

Je n'ai passé qu'une soirée avec lui. Mais pas n'importe quelle soirée : celle de Noël. Et pas n'importe quel Noël : mon premier loin de chez moi. L'invitation est venue de sa fille, mais c'est bien la porte du père qui s'est ouverte. Sa porte, mais aussi ses bouteilles ! Des flacons de divins élixirs dont les seules étiquettes intimident. Joli cadeau … Moins, toutefois, que les rires. Vous vous êtes déjà senti intrus ? Perdu, seul, isolé, au milieu d'un groupe où chacun se connaît ? Cela arrive, en temps... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 juillet 2015

Prendre femme

Avant le métro. Le bruit est partout. Des jeunes gens s'interpellent en criant, riant et s'insultant. Les passants de tout âges déambulent, d'un pas traînant ou chaloupé. Certains roulent des épaules, d'autres des hanches. Tous sont beaux dans cette vantardise assumée. Les broches tournent dans l'atmosphère déjà surchauffée, sur lesquelles rôtissent poulets ou viande façon kebab. Sur les terrasses, les cafés fument, les bières tiédissent, le brouhaha augmente.Ce quartier est comme une matrone plantureuse, de cinquante printemps et... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 février 2014

Je ne dis plus bonjour

Les enfants disaient bonjour à tous les passants. J'étais à l'école primaire. Je n'avais pas peur des inconnus. Ils étaient quand même d'ici. Ils n'étaient pas effrayants. Dans les grandes villes, les passants sont trop nombreux. Et ils ne sont personne. Pas rien – ils existent – juste personne. Rarement, un passager lèvera les yeux sur un chanteur de métro. Un lycéen tournera la tête, croyant reconnaître un ami. Une petite fille sourira à un homme grisonnant. Il en sera heureux pour la journée, parce que la chose est rare. Les... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 juillet 2013

Eté entété ...

Le sommeil tarde à venir. Le coussin s’échauffe et devient bouillant. Le contact du matelas est insupportable. Les chiffres du radioréveil défilent et prédisent un lendemain où l’on trainera sa fatigue. Par la fenêtre entrebâillée, l’air lourd coule à l’intérieur et répand sa moiteur dans la chambre. Les muscles du dos, crispés, sont les cordes d’un violon sur lequel un archer s’escrime à répéter une mélodie ardue, tout en angles et en aigus. En opposition à ces nuits désagréables, les journées sont extraordinairement fraîches. Elles... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 juillet 2013

Je ne quitterais pas le pays imaginaire

J’écris durant ma pause-déjeuner. Ces mots, seuls, suffisent à faire naître une étrange impression. Elle est teintée d’angoisse et de gêne. Avoir une pause-déjeuner signifie (un peu) être salarié. Être salarié signifie (beaucoup) être grande. Je ne suis pas prête. Et je n’ai pas envie. Pas envie de me faire appeler  « madame ». Pas envie de ne plus pouvoir appeler les parents en cas de petit pépin (pour les gros ils seront toujours là). Pas envie de me passer de peluches dans mon lit Pas envie de devoir réfléchir... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 15:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 décembre 2012

S'anesthésier en cuisine

Je me lance dans des réflexions dont je n'aime pas les conclusions. Selon l'endroit où je vis; les chemins de pensée que j'emprunte ne sont pas les mêmes. La différence s'accentue avec la comparaison à ma vie parisienne. Précédemment, j'avais pensé que ces tendances de pensées étaient dues aux souvenirs. Nous nous remémorons instinctivement les expériences liées à un lieu et l' « ambiance » de ces souvenirs imprègne le présent. Cette explication ne peut être suffisante. Ici comme dans le Sud j'ai le temps de réfléchir. ... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 14:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 octobre 2012

Une façon de marcher

Raconter son trajet en allant à l'école.. Les profs sont drôles; avec leurs sujets. A quoi croyez vous que je pense le matin; moi? (Surtout quand je n'ai pas petit-déjeuné).   « Les sens sont exacerbés. La ballade se savoure en sachant que dans le sac il y a riz et légumes sautés; thé et part de tarte. Le café du matin se respire à la sortie de l'immeuble; lorsque la bouffée de chaleur s'échappe de l'échoppe où les clients matinaux s'engouffrent. En remontant la rue il est possible de prendre plusieurs repas en ne se... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 juin 2012

Les nourritures imaginées

Un peu en retard... La forêt était noire et épaisse. Il s'agissait d'une forêt de conte de fée; une de ces merveilles qui – pense-t-on-, ne peut exister que par les mots et dans les esprits. Ces choses là sont liées à du rêve; on les a croisés dans de nombreux livres sans jamais réussir à imaginer ce qu'elles était réellement. Jusqu'au jour où en en rencontre une, en vrai. Évidemment, on peut être déçu, mais plus généralement, et quoi qu'il arrive, on est ému. Dans cette forêt, je me suis enfoncée en fermant les yeux. J'en... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 mai 2012

La première nourriture d'Eté

Samedi, le marché était différent. C'était un marché d'Été. Le ciel était intensément lumineux, même s'il était couvert, et l'air se faisait un peu lourd, juste assez pour être présent sans être désagréable. Quand il est ainsi, j'ai alors l'impression que le monde existe réellement et que j'en fais partie. Mais il y avait autre chose. Au début, tout était normal, et je remontais les allées à mon habitude -peut-être plus lentement encore parce que je leur faisais mes adieux-. En passant devant les étals de poulet frit, j'ai fait un... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 20:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 mai 2012

L'adieu du dernier neurone

Mon unique neurone a fini de lâcher avant la rédaction du texte (en 1500 caractères: dur...) de la semaine: le flan pâtissier. D'où mes plates excuses. En tout cas le grand jeu-concours est d'identifier la provenance de tous les protagonistes! Ses pseudopodes s'agitaient légèrement, dans un mouvement d'agacement. Tous ses confrères avaient tapoté son épaule ou esquissé un quelconque geste de réconfort (tous les dits collègues n'étant pas pourvus de quoi tapoter ou capables de localiser ce qui pourrait passer par une épaule). Deux... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,