21 mars 2016

Par terre

La fatalité ressemble à un œuf explosé sur le carrelage. Du jaune percé qui se mêle doucement à une masse visqueuse.Durant tout le temps que dure une chute, et quelques secondes après son achèvement, se produit un phénomène dérangeant. L'impression de pouvoir y échapper. Comme si une simple pression de l'esprit, dans la bonne orientation, la quatrième dimension trois-quart, suffirait à rebrousser le temps. Les événements faciles à éviter sont inconcevables. Je n'avais qu'à déplacer ma main d'un centimètre. (Se décline en « ne pas... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 avril 2015

Dimanche "matin"

Certains ont une terrasse ensoleillée. D'autres se contentent d'un rai de lumière dans leur cuisine. Un garçon s'est placé sur son trajet pour prendre son petit-déjeuner. Une jeune fille, presque une enfant, lit son journal. Le dernier habitant, presque un homme mûr, rentre d'une promenade sur le bord du canal. Les tasses fument. L'heure et le jour sont les mêmes – seize, dimanche. Chacun vit son propre moment. Les trois se rejoignent par hasard. Cette colocation est harmonieusement disjointe. C'est quelque chose de très-très beau. ... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 15:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 mars 2015

Un seul être vous manque

Et tout est dépeuplé ? Peut-être pas. La chambre l'est. De taille raisonnable, elle est devenue petite en accueillant bagages et matelas. Débarrassée dudit couchage, elle est immense-ément vide. Je regardais ma série-débile-du-soir de façon à ne pas lui tourner le dos. Je relevais les yeux de l'écran juste pour le voir rire de sa BD. Je pensais au repas du soir, pour qu'il lui plaise. Mon meilleur ami : cette expression sonne de la naïveté d'une adolescence attardée. Mais elle convient. Quelques vacheries ont émaillé la jeunesse de... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 février 2015

Ignorance

Étalée de tout mon long sur le trottoir. L'étonnement prévaut; Puis la lourdeur du choc sur la hanche et le genou. La pluie mêlée de suie et de pollution entre par les manches de l'imper. Le pull rouge vire au gris sale. Plus tard viendra la douleur aigüe et lancinante de la plaie. Le pantalon gris vire un peu au rose. Je serrerais les dents à chaque pas. Je retiendrais un cri à chaque marche. Une chose fait beaucoup plus mal. À neuf heures du matin, les Parisiens vont travailler. Aucun ne s'arrête. Aucune voix ne s'inquiète. J'ai... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 novembre 2014

Conséquence inattendue

     J'avais oublié la musique. La télé l'avait chassé de l'appartement. Bien sûr, les mélodies pouvaient cacher les coups de feu et les scènes de sexe sans sensualité. Ça aurait été les gâcher. Devenue outil de dés-enlaidissemnt, elles s'enlaidissaient. Lorsque les voix vibrantes et les percussions cinglantes cessaient, une présentatrice déblatérant à outrance sur le moindre fait divers reprenait le pouvoir.      Dans ma recherche du silence, j'avais oublié la musique. Sur un petit appareil,... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 septembre 2014

Sourire aux absents

Il parle avec les mains. Il crie presque, de ses doigts, alors que sa voix reste posée. Il se désarticule dans le vide, brasse de l'air – au sens propre. Son interlocuteur ne voit rien. Je l'observe du coin de l'œil, d'abord étonnée, ensuite amusée et à la fin un peu attristée. L'oreillette de cet homme-pas-vraiment-là, donne un air un peu effrayant à la scène. Elle évoque ces films futuristes où les hommes sont tous grands, blancs, blonds et froids J'avise les promeneurs. Les amoureux qui n'échangent pas un regard. Ils sont arrimés... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2013

Les belles gens

Ces derniers jours les belles et laides gens ont emplit ma vie. Le gris mitigé, le ni-l'un-nil'autre, semblait avoir disparu. Je n'ai aucune envie de vous parler de laideur. Alors parlons des autres. De celles qui valent la peine que l'on se souvienne d'elles. Il y a eu l'homme dans le métro. Il est rentré juste alors que les portes se fermaient et a commencé à réciter. D'abord, personne n'a écouté. Nous pensions connaître son discours. Puis, certains yeux se sont levés. Certaines oreilles se sont ouvertes. Il cherchait à se marier,... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 10:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
31 mars 2013

Deux jours -juste beaux-

Samedi au réveil gris. Un yaourt fermier à la vanille et un thé pour tout petit-déjeuner. Sur la place de l'Opéra, nous mettons une demi-heure à nous retrouver. Après; tout fut agréable. Dans l'hôtel, les murs du salon de thé sont tapissés de livres. Le parquet est patiné et les fauteuils confortables sans ostentation luxueuse. Merci aux créateurs de ce lieu, d'avoir pensé à leurs clients et non au prestige. Nous n'avons pas vu le temps passer, devant deux théières et des tartelettes délicieuses. L'après-midi s'est déroulé dans un... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 janvier 2013

Blanc

- Premier dimanche parisien immobile - La petite fille aux cheveux courts et l'adolescente aux cheveux longs n'aimaient pas sortir dans la neige. Une hantise impossible à expliquer. Elles n'étaient pas frileuses. Elles aimaient ces étendues blanches qui assourdissent le monde. Mais sortit signifiait corrompre. Pouvoir se tenir debout au milieu du manteau neige nécessite de le traverser. Elles avaient une incroyable répugnance à marquer l'immaculé de leurs semelles. Aujourd'hui encore; j'ai des difficultés à me persuader à sortir... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
12 novembre 2012

Raisonneuse?

Je suppose ne pas être la seule à dresser des bilans de mes journées. Il s'agit d'un processus continu et bien involontaire (je préfèrerais pouvoir profiter de chaque instant sans le jauger d'un œil critique et presque calculateur). Chaque événement, parole, pensée ou même image captée du coin de l'œil, participe à la mise à jour de mon « sentiment de la journée ». Le plus étrange -à mon sens- dans cette dynamique, réside dans la hiérarchie qui la préside. Je suis incapable de savoir ce qui va peser sur le choix... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 20:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,