06 mars 2016

Décalage

Lui, qui tient la portière ouverte, est emmitouflé dans sa doudoune façon bibendum. Elle, s'extirpe précautionneusement de la voiture, les poils de la fausse fourrure de sa capuche volant au vent. Le pot de fleurs, qu'elle porte aussi précautionneusement qu'un nouveau-né, est garni de volutes de papiers plastique et crépon. S'y trouvent associées d'immenses pétales et de plantureuses feuilles.La scène se décrypte aisément. Ces deux même-pas-trentenaires offrent, en tant que couple, un cadeau en ce jour de fête des grands-mères.La... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 octobre 2015

Du pain et des radiateurs

Chaussettes et collants, plaid et poncho : les couches sont aussi serrées que les bandelette d'une momie. L'allure finale est celle d'un bibendum.Une semaine durant, le froid a régné en maître dans mon appartement. Jusqu'à ce que je prenne une grande bouffée de soulagement. En rentrant, un soir, l'air était tiède. La sensation de plaisir a débuté avant même que le cerveau n'analyse la situation.Depuis, ma chambre est le plus bel endroit du monde. Je renonce à l'éventuel bonheur d'une sortie pour le petit plaisir du radiateur. En... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2015

Instantanés

Affaissée. La vieille est, sur sa chaise, compressée plus qu'humainement possible. Comme un trop réaliste jouet transformable. Une canne repose, oblique, entre la table et le trottoir. La femme fixe le vide. Ce regard dur passe sur les passants – sans ciller. Nous en sommes gênés. Puis, je souris. Détail incongru : elle a commandé une pinte. Ciel noir. Les étoiles sont pour l'Alsace, la Bretagne, la Creuse, que sais-je. Paris, ville-lumière, ne connaît pas l'obscurité. Les lampadaires n'y laissent (n'y ont) aucun répit. Mais,... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 août 2015

Quand attendre est une façon de créer

Tout doucement, l'eau prend du goût. Les os ont été rôtis une belle demi-heure. Les carottes et oignons ont été coupés en tout petits morceaux – le doigt en a été victime, oups. Le four a transformé la cuisine, de ce jour d'été, en sauna. Mais le résultat embaume. Ce fond de veau fera des sauces et des jus à se damner.Les jours précédents, des pâtes – focaccia et shǎnxī báijímó – ont levé, grêlées de mille bulles. Dans le frigo trône un bocal d'aubergines mises à mariner l'an dernier. À la place qu'il a occupé durant douze mois, dans... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 17:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
29 juillet 2015

Seule, pas tout à fait, pas du tout

Visiter un musée le jeudi. Aller à la médiathèque au milieu de l'après-midi. Écouter la radio au fond de la nuit. Ce sont des occupations de solitaire. Les couloirs sont vides, les salles silencieuses, les auditeurs rares. Pourtant, je me sens alors moins seule. Dans la foule, les autres humains ne sont que des passants. Mais réduisez le nombre de passants et ils redeviennent des individus. Réduisez le nombre des individus et ils deviennent des complices. Lorsque j'ai eu ma première radio, je l'écoutais aux heures à un chiffre. Une... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2015

Moi-je-isme

Les touristes martelaient les marches. Vite ! Le groupe évoque un troupeau de gnou en course vers un point d'eau. La limite avec l'émeute est mince. Vite, vite, plus vite. Je jurerais voir des lueurs de meurtres dans certaines pupilles. Ils rêvent d'arriver les premiers en haut de l'escalier. Là, les attend une statue plusieurs fois centenaire. Cet amour de l'art devrait émouvoir. Mais chaque coureur tient précieusement un appareil à gros objectif, ou un minuscule téléphone dans une housse colorée. Cette forme de tourisme... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 mai 2015

Séance ciné

Thierry se fait humilier. La banquière, les potentiels employeurs, l'acheteur de mobile home le rabaissent. Les protagonistes de La loi du marché ne sont pas méchants. Ils défendent leurs intérêts. Ils placent leur personne au dessus de l'autre. Ils n'ont aucune considération pour l'honneur des autres. Ce film est très douloureux. Il peut empêcher de croire à la beauté. Sauf que. Le couple danse le rock, maladroitement, dans son salon. Ce film est bienfaisant. Parce que la beauté y trouve quand même une place. Ma beauté est de... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
07 avril 2015

Pâques, 2015, Paris

Pâques a eu lieu mardi, à une heure du matin. La célébration fut légère, joyeuse et gratuite. Comme l'est une chasse aux œufs pour un enfant. À trois heures du matin, trois colocataires faisaient sauteur un bouchon. Ils pensaient trouver un crémant dans la bouteille. Le liquide était pourpre, avec des arômes de fruits noirs et de bulles discrètes. Premier fou rire : l'étiquette indiquait « Rouge » en lettre plus-grandes-c'est-pas-possible. À leur habitude, ils ont parlé de tout et de rien. Surtout de rien, en fait. Et au... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2015

Une douzaine

Elles ont le don d'invisibilité. Les yeux les frôlent sans que les esprits n'aient un soubresaut. Ils refusent cette présence sur le boulevard. Certains observent les vitrines à travers elles. Plaie béante que laissent ces regards de négation.D'autres les reluquent visiblement. Trop visiblement : de jeunes hommes en bandes qui font rouler les mots grivois comme ils feraient rouler leurs pectoraux. Pas des clients. Elles étaient douze, hier, sur le chemin du supermarché. La nuit venait juste de tomber. Douze Chinoises (ou... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 14:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mars 2015

Première place

Excellent trimestre. Bons résultats. Élève sérieux et appliqué. Les écoliers peuvent aimer ces mots. Parce qu'ils ont appris à le devoir. Parce qu'ainsi va le monde et la volonté des adultes. Ces mots contiennent aussi la promesse de l'invisibilité. La non-existence est la punition des gens raisonnables. L'école broie. Ses pires enfants, elle les exclue impitoyablement. Ses fervents adeptes, elle les taille - à coup de sabre ou de scalpel. Jusqu'à ce qu'ils brillent ou qu'ils rompent. Ils sont ceux à qui tout réussit. Et ceux qui... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,