25 avril 2016

Chut...

Écouter les vieilles personnes peut demander un effort. Les mots sont lents à venir, les phrases un peu tordues, la grammaire malmenée – surtout quand plusieurs langues se mélangent.Mais rien ne vaut les phrases saisies au détour d'une oreille parfois inattentive. « La vie, c'est beau, mais c'est con. », qu'il disait, dans le film. Les rides peuvent être belles, quand elles sont vraies. Celles qui ont été retardées ne disent qu'une chose : la volonté de les cacher. Celles qui ont vécu leurs vies... disent cette vie.Les... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 juillet 2014

Statistique (inutile)

Les dessinateurs gribouillaient dans les marges de leurs cahiers d'écoliers. Les écrivains racontaient leurs problèmes d'adolescents boutonneux dans leur journal intime, ou leur blog. Les réalisateurs dépensaient tout leur argent de poche en places de ciné. Tous les grands créateurs semblent avoir suivi un chemin. Avoir un destin. Mais moi aussi, je gribouillais, à l'école. J'ai noirci des feuilles volantes et je suis allée au cinéma.J'ai eu ces envies de créer. Le monde semble froid, de ce froid-bleu-vide qui demande à être... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 décembre 2013

Cuisine absolue

J'ai regardé Le festin de Babette. Puis, je l'ai regardé à nouveau. Le film était si beau et si simple que j'en suis restée toute écarquillée. (La phrase précédente est grammaticalement incorrecte mais pourtant juste. Je la laisse donc). J'ai envié son art, sans vraiment le désirer. Ce sommet de la cuisine n'existe pas. Babette n'incarne pas la perfection de sa cuisine – la perfection est relative – mais son absolu. Des plats si aboutis qu'ils font autour d'eux et le silence et le bonheur.Pour les cuisiniers « normaux » le... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 novembre 2012

Le concours secret du Goncourt

  Chaque année les vainqueurs des prix Goncourt et Renaudot sont annoncés au restaurant Drouant (Paris IIème). Et Antoine Westermann, propriétaire du restaurant, prépare un buffet pour 50 personnes. Le Goncourt concerne des auteurs. La cérémonie de désignation départage deux autres challengers. A notre droite: la littérature. A notre gauche: la nourriture. Le plus prestigieux des prix littéraires est attribué à Jérome Ferrari pour « Le sermon sur la Chute de Rome » (Éditions Acte Sud). Le tumulte causé par l'annonce... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 15:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 juillet 2011

La chose à quatre roues et un gratin pour oublier

 J'ai avec les véhicules motorisés une relation pour le moins...trouble, sinon carrément conflictuelle. Il est vrai que je fais partie de ses individus qui tournent parfois la tête au passage d'une voiture et très souvent au passage d'une moto. Je suis donc sans aucun doute sensible à l'esthétique de la mécanique. (De même certains appareils photos et certaines montres me plaisent particulièrement même si je reste incapable d'expliquer mes préférences). Je n'ai jamais caché mon désir de passer le permis...moto. Pour ce qui est... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 juin 2011

Comment se sentir en week-end et un cabillaud déguisé...

Il doit être désormais connu que j'aime le marché! Faire le marché, le samedi matin, est ma façon à moi de me sentir en week-end. Je déambule tranquillement en long et en large, laissant les yeux se porter sur les couleurs des premiers petits pois, du violet plantureux des aubergines, des verts et rouges francs des piments et poivrons... Mon nez se consacre plus volontiers aux odeurs de pain frais, de poisson mais aussi de viande rouge... Je ne conçoit pas de marché sans un étal de poulet rôti, refuge désirable l'hiver lorsque, mon... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 20:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juin 2011

Peupler la ville de fantômes et aimer la simplicité

Quand je suis entrée en licence je voyais des ombres connues tout le temps. J'étais habituée, à Strasbourg, à guetter sans cesse autour de moi des visages connus: dans une ville de cette taille, croiser par hasard des connaissances n'est ni surprenant ni exceptionnel. A Lyon, la double nouveauté d'habiter une grande ville pleine d'inconnus peuplait la ville d'ombres sur lesquelles ma conscience tentait de greffer une ligne de sourcil évocatrice, un dos connu, une démarche remarquable. Alors parfois, au milieu de la rue, dans la... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 20:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,