18 avril 2016

Le regard façon scalpel

Est-ce la lumière du soir ? Est-ce l'état de mon esprit ? Les sculptures de l'église Saint-Laurent se détachent avec force sur le bleu-blanc du ciel. Les peaux les plus lisses sont constellées de crevasses. Rides, rires, lippes boudeuses, entrelacs des oreilles et boutons d'acné : chaque caractéristique saute aux yeux. Les teintes de cheveux, leur épaisseur, leur brillance, jusqu'à la rugosité de leurs écailles... Tant de détails, dans chaque corps humain. Leur variété – plus qu'infinie car d'un infini qui augmente à... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mai 2015

Les bêtes

L'araignée était au fond de l'évier. Elle me fixait. Tous ses yeux convergeaient vers l'humaine qui était à son plafond. Pourtant, elle n'a pas bougé lorsque le coquetier l'a recouverte. Trente secondes plus tard, elle zigzaguait sur les rebords de fenêtres, entre cendriers et pots de fleurs.Je n'ai jamais pu tué un insecte, coccinelle comme cafard. Ceux qui hurlent à l'idée d'écrabouiller un moucheron sont souvent des gens biens. Ils refusent de faire du mal. Une minorité a des motifs moins nobles. J'ai simplement trop d'imagination.... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 avril 2015

Dimanche "matin"

Certains ont une terrasse ensoleillée. D'autres se contentent d'un rai de lumière dans leur cuisine. Un garçon s'est placé sur son trajet pour prendre son petit-déjeuner. Une jeune fille, presque une enfant, lit son journal. Le dernier habitant, presque un homme mûr, rentre d'une promenade sur le bord du canal. Les tasses fument. L'heure et le jour sont les mêmes – seize, dimanche. Chacun vit son propre moment. Les trois se rejoignent par hasard. Cette colocation est harmonieusement disjointe. C'est quelque chose de très-très beau. ... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 15:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 novembre 2014

Dans les murs

Certains murs deviennent odieux. Les rues, même glaciales,venteuses, humides jusqu'aux os, sont plus accueillantes. Ils sont peuplés de gens à conversation minimum. Certains murs sont adorés. Ils exhalent les odeurs des gâteaux de l'enfance ou les verres de porto. Ils résonnent de souvenirs d'aïeux ou de complicité d'amis. Certains murs sont juste là. Ils entendent le cliquetis des claviers et les dialogues professionnels. Les murs les plus compliqués sont neutres. Ils ont tout connu, mais ne me disent rien. Je dois les apprendre.... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 janvier 2014

De la certitude à la croyance

Ma sœur et moi avons les mêmes souvenirs de nos maladies d'enfance. Les réveils plus qu'embrumés, nauséeux, avec la tête qui cogne et le corps qui nous veut du mal. La voix geignarde qui anonne « Vais pas biiiien ». L'inquiétude, immédiate dans le regard des parents. Ils s'arrêtent et ne regardent que nous. La main sur le front, puis les lèvres, prennent notre température.« Bon, j'appelle le bureau ».Voilà. Elle n'a aucune hésitation. Elle n'ira pas travailler aujourd'hui.Ensuite le médecin viendra, examiner... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 décembre 2013

Cuisine absolue

J'ai regardé Le festin de Babette. Puis, je l'ai regardé à nouveau. Le film était si beau et si simple que j'en suis restée toute écarquillée. (La phrase précédente est grammaticalement incorrecte mais pourtant juste. Je la laisse donc). J'ai envié son art, sans vraiment le désirer. Ce sommet de la cuisine n'existe pas. Babette n'incarne pas la perfection de sa cuisine – la perfection est relative – mais son absolu. Des plats si aboutis qu'ils font autour d'eux et le silence et le bonheur.Pour les cuisiniers « normaux » le... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 mai 2013

Jeu: reliez les points entre eux et faites apparaître une image

Margot; ma grande prêtresse de la cuisine chinoise; m'a demandé d'écrire 7 choses sur moi. Cela s'appelle un tag et fait de moi une blogueuse versatile. (Tant mieux; j'ai toujours aimé ce mot. Il roule sur la langue). Je devrais également taguer 15 blogueurs. J'ai essayé (je le jure sur mes flacons de thé matcha et de grué caramélisé Marcolini; ce n'est pas rien). Or tous ceux à qui j'ai d'abord songé... ont été tagué. Etant donné l'heure (tardive) de rédactton de ce billet, je vous renvoie à ma liste de liens (à droite de ces... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 09:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 décembre 2012

(J'espère que vous aimez le blanc)

Lutter contre la « déprime hivernale »: Faire ce que l'on dit que l'on fera bientôt... depuis deux ans (« oui; mon nouveau blog sera plus beau mais là j'ai plutôt envie d'y écrire...) Se rendre au marché pour acheter un demi-potimarron bien dodu; quelques radis psychédéliques et des navets boules d'or. Ajouter du civet de biche pour mijoter un bourguignon hétérodoxe. Petit-déjeuner en rentrant avec du pain grillé, la confiture de la Grand-mère et les mots de Georges Eliot. Pouvoir discuter de... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2012

-Ne sais pas ce qui se prépare-

Je me fais un peu rare par ici. Et en tapant ces mots, je me demande bien pourquoi je fais ce semblant d'excuses; au vu du peu (ce peu s'approchant en réalité du néant) de ceux qui me lisent et s'inquiètent de ce silence (dont je ne sais pas moi-même s'il faut s'en inquiéter). En fait, c'est assez désagréable de voir qu'une chose que l'on a investi de beaucoup de sens et d'importance ne semble pas compter. Compter pour le monde; pour les autres, au moins pour quelques autres dont on espérait s'approcher, qu'on espérait toucher. ... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:37 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 juin 2012

Ce qui brûle et ce qui est doux

(Le jour où quelqu'un regardera au fond de mon esprit; je crois qu'il ne verra pas que des lapins roses et des champs de fleurs...) Cette semaine: le beignet (celui que vous aimez, celui qui se fait depuis quelques générations dans les cuisines de votre famille). Elle riait. Le rire était éclatant; un rire de contentement; exprimant une joie pleine et entière qui n'appartenait qu'à elle. Et ce rire le crucifiait; parce que c'était l'autre qui le provoquait. L'huile était à bonne température et il entendit sa mère passer... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,