10 janvier 2016

Travailler

Les mots sont sur l'écran, les doigts, sur le clavier, les sourcils, froncés. La tâche est ardue. Elle nécessite toute l'attention. Toute la capacité du cerveau est concentrée en un unique point. Lui, qui d'habitude habite un univers, est concentré sur une tête d'épingle.La conscience n'a plus la place d'exister. Sensation étrange et jouissive. Dans cet abandon, la personnalité s'aliène. Le temps n'existe plus.Il passe, pourtant. Vite. Trop vite. Un repos serait nécessaire – ensuite, tout serait plus simple. Mais je me refuse à... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

05 juillet 2015

Le dernier achat

L'enfant lambinait sous le soleil. Sa mère ployait le cou sur l'écran de son téléphone intelligent. Il geignait, prêt à hurler, pour rentrer à la maison. La femme devait encore acheter du shampoing. Après, promis, ils retrouveraient leur chez-eux. Le garçon, déjà heureux, pointe la grande surface voisine. Elle refuse, explique chercher le « bon » magasin. Dans sa voix paraît la fatigue, et une envie de hurler, et une envie de pleurer. Cette histoire n'est pas celle d'un enfant embêtant. Car son smartphone lui a finalement... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 juin 2015

Bifurcation ?

 Elles étaient peut-être sœurs. Les deux femmes avaient la même teinte de peau, la même ossature du visage, les mêmes longs doigts. Mais la première tenait sur ses genoux le sac siglé d'une marque à la mode. L'autre portait sur son ventre un sac à dos défraîchi. L'une avait revêtu une robe moulante et courte, d'un rouge vif. Elle se tenait extrêmement droite sous son chignon tiré à plus de quatre épingles. La seconde avait enfilé un sarouel défraîchi. Elle s'éventait avec un morceau de journal, dans ce métro étouffant. La femme... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 octobre 2014

Habiter

Mes meubles sont bleus et verts. Depuis deux ans, ils encombraient une autre maison. Deux ans à vivre dans d'autres draps – au sens propre. Enfant gâtée, je ne savais pas l'importance d'un chez soi. Les murs ont beau être dressés depuis des années, le parquet avoir été foulé par une dizaine d'habitants, cette chambre m'accueillir seulement depuis une semaine : tout cela est à moi. Pas besoin d'accrocher des cartes postales de chat au mur (j'avais 10 ans), des posters de manga (12 ans), des images découpées dans les magazines (14... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 septembre 2014

Déités

Imaginez que les mots disparaissent. Plus aucun n'a de sens. Et n'en a jamais eu. Le monde s'emplit, d'une montagne de choses sans dénomination. Je devais avoir une dizaine d'années lorsque j'ai posé cette question : « Comment réfléchissent les sourds/muets ? ». Ils ont des pensées, forcément. Mais leur forme m'échappe. Moi qui formule tout. Moi qui recherche toujours le terme exact. Moi qui savoure longuement les mots que je découvre. Les théories mathématiques, les biographies, les pièces de théâtre, les concepts... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 15:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 août 2014

Compliment

L'humanité, comme terme désignant l'ensemble des hommes, est évident.L'humanité, comme terme désignant les qualités intrinsèques de ceux-ci est absurde.L'homme s'est décide de la capacité de discerner un « bien » d'un « mal ». Et du même coup il a décidé qu'il était fondamentalement dans le bien. (Rousseau, selon moi, était soit un idiot soit un drogué). J'ai peu de foi en cette humanité. Mais je suis éprise des individus. Sans pour autant leur accorder ma confiance. Récemment j'ai assisté à une scène, et j'ai eu... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 mai 2014

Les utopies du réel

Je possède l'Irlande. Des prairies vertes, pleines de moutons, surmontées d'un ciel plein de moutons. Ils viennent des publicités de l'Office de tourisme.Des musiques aux airs bretonnisants (eux disent que ce coin de la France a une allure irlandaise). Ils sortent de quelques CDs de musique celtique.Des manoirs et des fantômes, avec un châtelain aussi mystérieux que séduisant. Ils sont nés dans les livre de ma bibliothèque d'enfant. Nous avons l'étrange habitude de nous crée des sanctuaires imaginaires-réels. Nous situons nos... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
08 mai 2014

De Picsou magazine au livre Kei

Je lisais Picsou Magazine tous les mois. La scène débutait un mercredi, peu après le déjeuner. Quelques soupirs, un regard amorphe et parfois un ou deux légers geignements. Puis l'une de nous prononçait la phrase : « Je m'ennuie ». Ma grand-mère n'était pas dupe. Et nous étions mauvaises actrices. Mais elle proposait toujours : « Vous voulez aller chez B. ? » Et les poches lestées de menue monnaie, nous allions chercher notre pitance de BD chez la marchande de journaux. L'ennui de l'enfance était si plaisant. Il... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 avril 2014

La non-lettre

Le jour de mes onze ans, la boîte aux lettres était vide. J'attendais une missive de Poudlard. Je savais qu'elle ne serait pas là. Mais j'avais rêvassé, rêvé et finalement espéré. J'avais échafaudé une théorie. J. K. Rowling appartient au ministère de la Magie. Ses livres permettent aux sorciers nés-moldus de se familiariser aux codes de l'autre monde. Mais la lettre n'était pas là. Cela pour dire quel était mon monde. Un livre attendait, tous les matins, au pied du lit. Il accompagnait le déjeuner, le brossage de dents et le laçage... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 mars 2014

L'air d'ici

Ce matin, l'air avait un parfum étrange. Il n'avais pas ses habituels accents de gaz. À la place, j'inspirais des odeurs de terre, de fermentation et de fleurs. Les rues étaient calmes. Ici, je peux prendre le vélo. A Paris, cela me fait peur. J'ai fermé les yeux entre le plaisir du vent dans les oreilles et du soleil sur ma peau. Le silence habite mes journées. Moi qui adore cuisiner accompagnée de voix radiophoniques, j'ai savouré l'absence de mots. Les voitures ne passe pas. Et la télé n'est pas allumée. Pendant une semaine, je... [Lire la suite]