03 novembre 2014

Dans les murs

Certains murs deviennent odieux. Les rues, même glaciales,venteuses, humides jusqu'aux os, sont plus accueillantes. Ils sont peuplés de gens à conversation minimum. Certains murs sont adorés. Ils exhalent les odeurs des gâteaux de l'enfance ou les verres de porto. Ils résonnent de souvenirs d'aïeux ou de complicité d'amis. Certains murs sont juste là. Ils entendent le cliquetis des claviers et les dialogues professionnels. Les murs les plus compliqués sont neutres. Ils ont tout connu, mais ne me disent rien. Je dois les apprendre.... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 octobre 2014

Habiter

Mes meubles sont bleus et verts. Depuis deux ans, ils encombraient une autre maison. Deux ans à vivre dans d'autres draps – au sens propre. Enfant gâtée, je ne savais pas l'importance d'un chez soi. Les murs ont beau être dressés depuis des années, le parquet avoir été foulé par une dizaine d'habitants, cette chambre m'accueillir seulement depuis une semaine : tout cela est à moi. Pas besoin d'accrocher des cartes postales de chat au mur (j'avais 10 ans), des posters de manga (12 ans), des images découpées dans les magazines (14... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 octobre 2014

Pouvoir

Les grands magasins (Au bon marché, Selfridges, etc) ouvrent. Les femmes se découvrent de nouveaux pouvoirs. Elles peuvent sortir. Dans ces palais faits pour elles, elles sont les reines d'un jour. Elles ont seule hors de leurs maisons. Et elles achètent. L'acte d'achat est une jouissance. Ces femmes, enfermées chez elles, essaient un gant de soie et peuvent immédiatement assouvie leur envie de l'avoir … Ivresse. Souvenez-vous : jeune, vous quittez vos parents et vous êtres « libres ». Aller au supermarché, acheter une... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2014

Autre ville – autre monde

Les ponts des bateaux appellent au chant. La note unique, dégainée à l'instant. Elle se doit d'être impérieuse et impériale. Elle doit occuper l'espace. Elle doit être. Je ne chante pas. Alors j'occupe l'espace de pensées. D'une nef spatiale, et de ses pilotes. D'un changelin. D'une louve-garou, et d'un amour d'enfance – imaginaire. Mes collègues sirotaient champagne et vin. Ils ne voyaient pas ceux que j'avais invoqué. Plus tard, la ville. Les grues multicolores étaient des fleurs des champs. Les scones étaient servis par Constant.... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 septembre 2014

Déités

Imaginez que les mots disparaissent. Plus aucun n'a de sens. Et n'en a jamais eu. Le monde s'emplit, d'une montagne de choses sans dénomination. Je devais avoir une dizaine d'années lorsque j'ai posé cette question : « Comment réfléchissent les sourds/muets ? ». Ils ont des pensées, forcément. Mais leur forme m'échappe. Moi qui formule tout. Moi qui recherche toujours le terme exact. Moi qui savoure longuement les mots que je découvre. Les théories mathématiques, les biographies, les pièces de théâtre, les concepts... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 15:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 septembre 2014

Dire « chez moi »

Paris, de long en large, et même plus loin. Des visites à n'en plus finir, à n'en plus pouvoir, à ne plus croire.Aucune église, aucun musée, aucun palais ne ponctuait cette litanie : des chambres, des salles de bains, des cuisines. Je me suis imaginé partagé des quotidiens divers, attirants et repoussants. Je suis épuisée, les jambes lasses de tant d'escaliers, l'esprit plus las encore. Mail – visite – refus – mail – visite – pas de nouvelles – téléphone – rendez-vous – annulation … Téléphone. Une voix sympathique – mais je n'y... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 septembre 2014

Sous les étoiles, l'herbe. Après les étoiles, le soleil.

Nous n'avons pas tout compris. La plupart étaient surpris d'être là. Que de tels lieux, et moments, existent encore. Ils avaient disparus depuis l'enfance (pour ceux qui les avaient connus). À force d'entendre parler des week-ends loin de la ville, nous ne les pensons que comme des mythes. À force de rêver au repos, nous finissons par ne plus y croire autrement. Combien de temps ? Un mois. Depuis les dîners avec bouteille de vin de ces vacances. Depuis les cafés avec ma grand-mère. De beaux moments, enfermés dans ma boîte à... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 septembre 2014

Sourire aux absents

Il parle avec les mains. Il crie presque, de ses doigts, alors que sa voix reste posée. Il se désarticule dans le vide, brasse de l'air – au sens propre. Son interlocuteur ne voit rien. Je l'observe du coin de l'œil, d'abord étonnée, ensuite amusée et à la fin un peu attristée. L'oreillette de cet homme-pas-vraiment-là, donne un air un peu effrayant à la scène. Elle évoque ces films futuristes où les hommes sont tous grands, blancs, blonds et froids J'avise les promeneurs. Les amoureux qui n'échangent pas un regard. Ils sont arrimés... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 août 2014

Compliment

L'humanité, comme terme désignant l'ensemble des hommes, est évident.L'humanité, comme terme désignant les qualités intrinsèques de ceux-ci est absurde.L'homme s'est décide de la capacité de discerner un « bien » d'un « mal ». Et du même coup il a décidé qu'il était fondamentalement dans le bien. (Rousseau, selon moi, était soit un idiot soit un drogué). J'ai peu de foi en cette humanité. Mais je suis éprise des individus. Sans pour autant leur accorder ma confiance. Récemment j'ai assisté à une scène, et j'ai eu... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 août 2014

Les revenants

D'autres humains existent. J'avais oublié.Deux mois loin d'eux. Deux mois à ne parler qu'à mes plus proches. Deux mois à ne voir le grand méchant monde que de loin. Je l'ai vu mourir à la télé, entendu vociférer à la radio, lu ses pleurs dans le journal.Ceux qui vivent ainsi en viennent à croire que tout, autour, est mauvais.Les gens font la guerre, tombent malades, se haïssent, s'appauvrissent. Et puis ils sont là, aussi. Dans le métro, ils savourent le début de soirée en fermant les yeux à demi. Devant le centre commercial, ils... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,