26 janvier 2015

Leur lieu

Un homme fait le pied de grue, toujours. Il fume une cigarette, pianote sur son portable ou prend son mal en patience en détaillant pour la six centième fois la devanture d'en face. À l'intérieur, les femmes se font tresser ou défriser les cheveux. Et elles discutent. Le terme est trop faible. Elles échangent. Communiquent. Existent. Toujours pas : elles existent aussi à l'extérieur. Elles font quelque chose pour lequel aucun mot n'existe. Les langues s'agitent plus que les ciseaux ou les peignes. Souvent, la coiffeuse s'est assise à... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2015

Je suis légion

Une envie qui démange au fond du crâne. L'envie de faire, générer, enfanter. J'ai passé des heures de lycée, longues, très longues, à cause de cela, à vivre-subir cette envie. Une feuille blanche posée sur le bureau, avec un critérium, attend un dessin. Les quelques traits esquissés salissent la blancheur, sans plus. Après, j'ai écrit. Le pire étant que cela ne suffit pas. Ils sont humains un peu magiques, et dieux très humains, changelins et pilotes de navire spatiaux, militaires et trickster, vivante-morte et morte-vivante, au... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 janvier 2015

Hashtag

J'ai un arrière-plan mental depuis presque une semaine.Comme un ostinato d'idées qui devient audible entre chaque pensée consciente. J'ai vécu une telle chose à quelques reprises dans ma vie. Mais le motif de cette petite mélopée était alors personnel.Ces jours-ci, il est national, et même international. Il se résume en trois mots, qui ont fait le tour du monde. Cette sensation est effrayante. Parce que je crains toujours la manipulation. Ce rythme est-il sous-tendu par les battements de mon cœur, les pas de la foule ou le jingle du... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2014

Regards d'enfants

N°1 – au travers de Noël. Tout à l'anticipation des cadeaux, il porte les yeux sur les choses et ne voit rien. Il ne pense pas à lui, juste au moment. Pas à sa joie, juste à la joie, immense, qui envahit le présent. J'en ai souri : un sourire d'adulte, amusé et un peu supérieur. N°2 – au travers de la musique. Dans le métro, ce grand garçon a les yeux ouverts sans que rien n'y entre. Ses pupilles sont comme retournées sur les batteries qui résonnent aux tréfonds de ses poumons. J'en ai souri : un sourire de plaisir en voyant un... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 décembre 2014

Piégée

PQ et démaquillant : courses atypiques un 20 décembre dans une supérette parisienne. Les autres paniers contiennent saumon fumé (pâteux), bouteilles (à bouchon sauteur) et foie gras (plus gras que foie). Acheter ces produits n'est pas mal. S'y sentir obligé est un problème. De terribles, mais géniaux, commerciaux ont réussi à les imposer. Et aussi : des toasts « spécial Noël » au goût de levure, des blinis sans goût du tout, des desserts bizarres « façon pain d'épices » … J'ai une sorte d'écœurement. Moi qui peut... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 décembre 2014

Les choses désunies

Un homme déchirait un emballage de carton. Il était consciencieux. Ignorant des passants. Ses gestes, ralentis, saccadés, comme ceux d'un homme ivre. Ou juste ailleurs. La veille, j'avais lu quelques lignes au sujet d'enfants surdoués. L'auteur expliquait que ces individus étaient capables de relier des concepts d'une manière que les personnes « normales » ne peuvent comprendre. Ne peuvent imaginer. L'homme au carton était-il l'inverse ? Un être incapable de faire le lien entre les choses. D'objectiver le monde en une... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 novembre 2014

Privilèges

Je suis née Française. Française : le mot a été écrit. Sans que personne ne demande – ou ne combatte. Je suis Française. Le fait est sûr. Si naturel, si normal, qu'il perd tout sens. Il n'a aucune existence consciente. Peu de Français se définissent comme tels, d'emblée. Ils déclineront nom et âge, profession et passion, peut-être la ville où ils habitent, ou l'endroit où ils rêvent d'habiter.En bonne bobo, je ris même du concept des nationalités. Je n'ai ni peur, ni doute, ni question. Et des centaines de personnes craignent,... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 novembre 2014

Moment de haine. Riz au lait pour se guérir.

Des rennes adorables, une façade devenue rouge et des boîtes aux lettres (spéciales pôles Sud) ornent ce grand magasin. Ils sont plus touchants que toutes les diodes clignotantes du monde. J'adore Noël. Pas les illuminations massives, la foule des avenues et les vendeurs intrusifs qui regardent votre carte de crédit avec espoir. Sont Noël : les décorations municipales de mon village, les bredele de ma grand mère et le sapin de ma mère sont Noël. Ils suffisent. Mais ces boîtes aux lettres, j'attendais avec plaisir de les voir se... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 novembre 2014

Conséquence inattendue

     J'avais oublié la musique. La télé l'avait chassé de l'appartement. Bien sûr, les mélodies pouvaient cacher les coups de feu et les scènes de sexe sans sensualité. Ça aurait été les gâcher. Devenue outil de dés-enlaidissemnt, elles s'enlaidissaient. Lorsque les voix vibrantes et les percussions cinglantes cessaient, une présentatrice déblatérant à outrance sur le moindre fait divers reprenait le pouvoir.      Dans ma recherche du silence, j'avais oublié la musique. Sur un petit appareil,... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 novembre 2014

Dommage

Il dormait, le visage appuyé sur la vitre. Ses traits avaient cette netteté, lisse mais pas fade, de la jeunesse. Ses mains étaient tavelées comme celle d'un homme mûr. La lumière crue soulignait, dans son reflet, les quelques ombres qui deviendront des rides. J'ai épié cet homme durant la moitié du trajet. Puis il a ouvert les yeux et contemplé l'extérieur, dans un silence immobile. J'ai passé le reste des stations à le comparer aux autres voyageurs. Des hommes et des femmes, des vieux rentrant chez eux, des jeunes sortant en boîte.... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,