21 juillet 2015

Prendre femme

Avant le métro. Le bruit est partout. Des jeunes gens s'interpellent en criant, riant et s'insultant. Les passants de tout âges déambulent, d'un pas traînant ou chaloupé. Certains roulent des épaules, d'autres des hanches. Tous sont beaux dans cette vantardise assumée. Les broches tournent dans l'atmosphère déjà surchauffée, sur lesquelles rôtissent poulets ou viande façon kebab. Sur les terrasses, les cafés fument, les bières tiédissent, le brouhaha augmente.Ce quartier est comme une matrone plantureuse, de cinquante printemps et... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 juillet 2015

Moi-je-isme

Les touristes martelaient les marches. Vite ! Le groupe évoque un troupeau de gnou en course vers un point d'eau. La limite avec l'émeute est mince. Vite, vite, plus vite. Je jurerais voir des lueurs de meurtres dans certaines pupilles. Ils rêvent d'arriver les premiers en haut de l'escalier. Là, les attend une statue plusieurs fois centenaire. Cet amour de l'art devrait émouvoir. Mais chaque coureur tient précieusement un appareil à gros objectif, ou un minuscule téléphone dans une housse colorée. Cette forme de tourisme... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 juillet 2015

Le dernier achat

L'enfant lambinait sous le soleil. Sa mère ployait le cou sur l'écran de son téléphone intelligent. Il geignait, prêt à hurler, pour rentrer à la maison. La femme devait encore acheter du shampoing. Après, promis, ils retrouveraient leur chez-eux. Le garçon, déjà heureux, pointe la grande surface voisine. Elle refuse, explique chercher le « bon » magasin. Dans sa voix paraît la fatigue, et une envie de hurler, et une envie de pleurer. Cette histoire n'est pas celle d'un enfant embêtant. Car son smartphone lui a finalement... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 juin 2015

Main verte et paroles d'or

Le soleil peut être une armure. Le dimanche après-midi, il rentre par la fenêtre de la cuisine. Il lutte alors, avec bienveillance, contre les nouvelles distillées dans les pages du journal. Et parfois, le réconfort vient d'amis plus inattendus encore. Une jeune fille est rentrée dans l'immeuble. Du haut de ma tour, je l'entends saluer la gardienne. Celle-ci correspond en tout point à la femme décrite par Muriel Barbery dans L'élégance du hérisson. L'élégance en moins. Telle est l'idée qu'ont forgé neuf mois de lointaine... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 juin 2015

Viral

Les arpenteurs de musée sont apparentés aux vampires. Ils fuient la lumière de l'été. Dehors règnent la poussière, le bruit des amplis à fond et les emballages de burgers jetés à terre. La porte se ferme. Le portique de sécurité de dresse. Puis commence la fraîcheur, le silence, et les regards des autres visiteurs. Ils scrutent les visages déformés et les torsions d'un corps. Devant leurs yeux se déroule la pensée d'un créateur autodestructeur. Tout est beau à faire peur. Le meilleur vient après. Quand la moiteur est devenue une amie... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 juin 2015

Bifurcation ?

 Elles étaient peut-être sœurs. Les deux femmes avaient la même teinte de peau, la même ossature du visage, les mêmes longs doigts. Mais la première tenait sur ses genoux le sac siglé d'une marque à la mode. L'autre portait sur son ventre un sac à dos défraîchi. L'une avait revêtu une robe moulante et courte, d'un rouge vif. Elle se tenait extrêmement droite sous son chignon tiré à plus de quatre épingles. La seconde avait enfilé un sarouel défraîchi. Elle s'éventait avec un morceau de journal, dans ce métro étouffant. La femme... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 mai 2015

Séance ciné

Thierry se fait humilier. La banquière, les potentiels employeurs, l'acheteur de mobile home le rabaissent. Les protagonistes de La loi du marché ne sont pas méchants. Ils défendent leurs intérêts. Ils placent leur personne au dessus de l'autre. Ils n'ont aucune considération pour l'honneur des autres. Ce film est très douloureux. Il peut empêcher de croire à la beauté. Sauf que. Le couple danse le rock, maladroitement, dans son salon. Ce film est bienfaisant. Parce que la beauté y trouve quand même une place. Ma beauté est de... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2015

Les bêtes

L'araignée était au fond de l'évier. Elle me fixait. Tous ses yeux convergeaient vers l'humaine qui était à son plafond. Pourtant, elle n'a pas bougé lorsque le coquetier l'a recouverte. Trente secondes plus tard, elle zigzaguait sur les rebords de fenêtres, entre cendriers et pots de fleurs.Je n'ai jamais pu tué un insecte, coccinelle comme cafard. Ceux qui hurlent à l'idée d'écrabouiller un moucheron sont souvent des gens biens. Ils refusent de faire du mal. Une minorité a des motifs moins nobles. J'ai simplement trop d'imagination.... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 mai 2015

Architecture

Les ponts, couloirs et escaliers, manquent. Les différentes pièces des existences sont lamentablement disjointes. Un jour commence et vous êtes ravi. Un événement passé vous a laissé la joie au cœur. Mais alors que les heures passent, tout prouve que cette chose a cesse d'être. Elle s'est déroulée dans – et pour – une autre personne. Vous avez vécu un bonheur au travail et le soir venu vos enfants crient. Vous avez passé un beau dimanche et le lundi votre travail est toujours morne. Tout ceci est logique. Mais une voix hurle en moi... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 mai 2015

Ça

Il portait un costume de souris. Un de ces accoutrements qui hantent les parcs d'attraction. Certains enfants les aiment ( ou en ont l'air). D'autres les craignent. Ils m'évoquent la forme de clown du Ça de Stephen King. Dans ce grand boulevard de la Ville-lumière, capitale de beaucoup de choses, un mendiant s'est déguisé en souris. J'hésitais à lui donner une pièce ou éclater en sanglot. Et j'ai juste détourné les yeux. Qui peut le voir et avoir le cœur joyeux ? Devant lui, même un enfant doit ressentir une forme de terreur. ... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :