21 mai 2014

Tomber – Marcher

Les ordinateurs de la bibliothèque du collège avaient été vidés de tous les jeux. Seuls restaient quelques logiciels éducatifs. L'un d'eux, une histoire de JO sur la lune selon mes souvenirs, expliquait le phénomène de la marche. Nous tombons à chaque pas. Plutôt, nous tombons si nous ne faisons pas le pas. Si je m'arrêtais de marcher, je m'effondrais. Les stations de métro se succédaient dans l'ordre habituel, mais vues de l'extérieur. La plante des pieds en lambeaux, les jambes dures à hurler, le sac sciant l'épaule, j'avançais. ... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2014

Flamme

Un cierge brûle pour moi dans une église toscane. Cette idée est agréable. Je ne suis pas croyante. J'ai cessé de supposer qu'un Dieu pouvait exister à l'âge de dix ans.Jusque là j'appréciais les jolies histoires de la Bible. « Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? » (Lewis Caroll) L'idée de Dieu me plaisait. Je l'ai adopté un court moment. Et je crois encore. Dans les nains qui creusent inlassablement la terre et y réveillent des créatures d'ombres et de feu.... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 20:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 avril 2014

Argent & Cookies

Ces gens sont riches. Ils le montrent ostensiblement – sans ostentation, cela serait vulgaire. Ils n'arborent pas les symboles de grandes marques. Ils ne roulent pas en décapotable.Leurs habits ne sont jamais froissés. Ils ne sont pas décoiffés. Ils ont tous de larges lunettes de soleil, qu'ils sortent dès les premiers rayons. Les verres sont aussi sombres que les vitres de leur voiture.Ils marchent dans les rues en propriétaire. Ils se sentent légitimes. Leurs pas ne traduisent aucune hésitation. Ils ont l'argent. Leurs dimanches... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2014

De la certitude à la croyance

Ma sœur et moi avons les mêmes souvenirs de nos maladies d'enfance. Les réveils plus qu'embrumés, nauséeux, avec la tête qui cogne et le corps qui nous veut du mal. La voix geignarde qui anonne « Vais pas biiiien ». L'inquiétude, immédiate dans le regard des parents. Ils s'arrêtent et ne regardent que nous. La main sur le front, puis les lèvres, prennent notre température.« Bon, j'appelle le bureau ».Voilà. Elle n'a aucune hésitation. Elle n'ira pas travailler aujourd'hui.Ensuite le médecin viendra, examiner... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 19:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 novembre 2013

Ma tête ruisselle et se courbe (titre sans rapport avec ce qui suit)

Ce matin, je me suis recouchée. Afin de réussir à me rendormir, j'ai invoqué. Voici celui qui s'est présenté à moi. Je ne sais pas qui il est, d'où il va, d'où il vient (ni sur quel étage il erre). Sérieusement, j'aimerais le remplir. Et que cela soit partagé. Voulez-vous en être? Le chat fixe la porte du four. Il savoure l'odeur du rôti. Sa queue s'agite de plus en plus. Une senteur de caramel, puis de grillé et enfin de brûlé emplit l'appartement. Les minutes s'écoulent. Un juron retentit, suivi par des plats précipités. Un... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 octobre 2013

Celle qui dévore du chocolat

J'ai trébuché sur l'absence d'une pierre. « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirais mon église ». Je n'ai jamais cru. Je n'ai foi ni en Dieu ni en l'homme. Pourtant j'ai voulu tisser des liens, bâtir ma solidité sur les autres. Lorsqu'une amitié de quelques mois cesse, même importante, même belle, le choc peut être atténué, raisonné. Vous avez seulement cru trop vite, bâti un château en Espagne et même un building sur du vent. « Mea culpa »; « on ne m'y prendra plus ».... Fini. Parfois, l'amitié a... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 18:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2013

Ville fragmentée

Retour du soleil. L'air ne pique plus sur la peau. Sa pesanteur enrobe les bras et les jambes, enfin laissés à nu. J'en profite pour apprendre la ville. Une ville qui me perd autant qu'elle me plait. Elle est d'une continuité trompeuse. En quelques minutes de marche, le paysage n'est plus le même. Les couleurs de pierre et les architectures changent, mais aussi le toucher du béton et la luminosité des boutiques. Les sacs portés par les passants sont en plastique puis marqués d'un écusson. Les pâtisseries sont miellées ou couvertes de... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mai 2013

Retour en juxtaposition

J'ai de nouveau une collocataire. Elle est grande et très belle; avec sa peau qui à la teinte d'un chocolat au lait très léger. Elle est surtout un un peu timide. Moi que la solitude ne gène pas (plus) je redécouvre avec bonheur cette façon de vivre à deux solitudes superposées. Nous n'avions finalement en commun qu'une habitation; sur laquelle s'est greffée l'envie de partager quelques instants. J'ai vu débarqué « chez moi » une inconnue; à laquelle rien ne m'avait préparé. J'étais un peu anxieuse. Très anxieuse même Je... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 09:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
28 avril 2013

Post quasi télégraphique

Ouvrir des lettres. Travailler mécaniquement. Confondre les lettres sur le clavier et le sens des mots « rue » ou « code postal » à force de répétition. Se sentir tout à la fois éreinté et certain de n'avoir rien fait. Comprendre ce que c'est de rester tard le soir pour ne pas sombrer plus encore le lendemain. Mais aussi: La douce sollicitude impromptue d'une femme timide. Se programmer quatre jours de vacances en solitaire et être ranimée de cette sensation de faire. Les râleries communes avec la voisine de... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 08:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 mars 2013

Deux jours -juste beaux-

Samedi au réveil gris. Un yaourt fermier à la vanille et un thé pour tout petit-déjeuner. Sur la place de l'Opéra, nous mettons une demi-heure à nous retrouver. Après; tout fut agréable. Dans l'hôtel, les murs du salon de thé sont tapissés de livres. Le parquet est patiné et les fauteuils confortables sans ostentation luxueuse. Merci aux créateurs de ce lieu, d'avoir pensé à leurs clients et non au prestige. Nous n'avons pas vu le temps passer, devant deux théières et des tartelettes délicieuses. L'après-midi s'est déroulé dans un... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 21:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,