08 décembre 2015

Winter is coming

Le froid rentre par les yeux. Il n'a pas d'autre choix. En hiver, les gants sont doublés de mitaines. Les bottines fourrées accueillent des chaussettes de skis, recouvrant des collants. L'écharpe monte au-dessus du nez. Le bonnet descend en-dessous des sourcils.Alors le vent se faufile derrière les verres des – pourtant larges – lunettes. Il commence par rafraîchir la cornée. Lorsqu'elle est bien gelée, il se glisse derrière les paupières. Il rampe alors jusqu'au nerf optique, et le transforme en glaçon. En hiver, je marche presque à... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 novembre 2015

Cirque

Des hommes qui ne sont que muscles et nerfs. Ils virevoltent autour du métal. Ils se cambrent, s'accrochent, s'immobilisent, se séparent. Leurs corps dessinent des tableaux sans signification – mais qui disent « force », « beauté » et « jeunesse ». Des bêtes de métal qui rugissent. Elles sont floutées par la vitesse. La sphère de métal vibre sous les deux fois neuf roues. Leur ballet ahurissant n'est qu'impossibilité. Jamais leurs cavaliers ne pourront y survivre. Et pourtant, si. Et ils recommencent le... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 10:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2015

Instantanés

Affaissée. La vieille est, sur sa chaise, compressée plus qu'humainement possible. Comme un trop réaliste jouet transformable. Une canne repose, oblique, entre la table et le trottoir. La femme fixe le vide. Ce regard dur passe sur les passants – sans ciller. Nous en sommes gênés. Puis, je souris. Détail incongru : elle a commandé une pinte. Ciel noir. Les étoiles sont pour l'Alsace, la Bretagne, la Creuse, que sais-je. Paris, ville-lumière, ne connaît pas l'obscurité. Les lampadaires n'y laissent (n'y ont) aucun répit. Mais,... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 septembre 2015

Publicité

Ils jettent le prospectus au troisième pas. Le cinquième les aurait amené à une poubelle. Mais à ce moment, ils ont déjà déchiré le sachet. Ils engloutissent les dragées colorées. Le sol du métro est jonché de plastique et de papier aux couleurs de cette marque de friandises. Des pastilles colorées gisent, écrasées. Une puanteur – fruit chimique – s'en dégage.Après cela, les odeurs de ma rue, de fruits exotiques – même trop mûrs – et de poulet rôti – même trop gras –, de bière et de clope, sont un bonheur. Qui sont ces gens près à... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 août 2015

Les damnés de l'été

Le bronze est d'un noir mat, que le soleil d'août parvient à faire luire. Mais les rayons soulignent surtout la fine poussière qui souligne les reliefs des sculptures. Rodin a modelé des corps, humains à l'extrême. Ils sont donc très étranges. Les damnés grimpent le long de cette porte, et leurs lamentations sont presque audibles. La pellicule blanche qui les recouvre semble un ajout volontaire de l'artiste. Eux, condamnés à souffrir, sont également victimes de l'oubli des vivants. Visiter ce jardin plein de corps en souffrance, dans... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 14:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
11 août 2015

Quand attendre est une façon de créer

Tout doucement, l'eau prend du goût. Les os ont été rôtis une belle demi-heure. Les carottes et oignons ont été coupés en tout petits morceaux – le doigt en a été victime, oups. Le four a transformé la cuisine, de ce jour d'été, en sauna. Mais le résultat embaume. Ce fond de veau fera des sauces et des jus à se damner.Les jours précédents, des pâtes – focaccia et shǎnxī báijímó – ont levé, grêlées de mille bulles. Dans le frigo trône un bocal d'aubergines mises à mariner l'an dernier. À la place qu'il a occupé durant douze mois, dans... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 17:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 août 2015

Démoniaque

L'archet est immobile, tant il bouge vite. Le contraste est saisissant avec le regard fixe. La musicienne est résolument normale, en jeans et cheveux longs. Mais l'instrument est celui du diable. Si Faust avait joué de la musique, il aurait choisi le violon. Cet instrument vibre, et parle. Le saxophone aussi, mais d'une voix humaine, qui dit la mélancolie et la convivialité. Le son produit par un violon est d'un temps plus ancien, et d'un endroit qui n'existe pas. Cette musique est celui du peuple des fées, et des créatures de... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 juillet 2015

Seule, pas tout à fait, pas du tout

Visiter un musée le jeudi. Aller à la médiathèque au milieu de l'après-midi. Écouter la radio au fond de la nuit. Ce sont des occupations de solitaire. Les couloirs sont vides, les salles silencieuses, les auditeurs rares. Pourtant, je me sens alors moins seule. Dans la foule, les autres humains ne sont que des passants. Mais réduisez le nombre de passants et ils redeviennent des individus. Réduisez le nombre des individus et ils deviennent des complices. Lorsque j'ai eu ma première radio, je l'écoutais aux heures à un chiffre. Une... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2015

Moi-je-isme

Les touristes martelaient les marches. Vite ! Le groupe évoque un troupeau de gnou en course vers un point d'eau. La limite avec l'émeute est mince. Vite, vite, plus vite. Je jurerais voir des lueurs de meurtres dans certaines pupilles. Ils rêvent d'arriver les premiers en haut de l'escalier. Là, les attend une statue plusieurs fois centenaire. Cet amour de l'art devrait émouvoir. Mais chaque coureur tient précieusement un appareil à gros objectif, ou un minuscule téléphone dans une housse colorée. Cette forme de tourisme... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 13:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 juin 2015

Main verte et paroles d'or

Le soleil peut être une armure. Le dimanche après-midi, il rentre par la fenêtre de la cuisine. Il lutte alors, avec bienveillance, contre les nouvelles distillées dans les pages du journal. Et parfois, le réconfort vient d'amis plus inattendus encore. Une jeune fille est rentrée dans l'immeuble. Du haut de ma tour, je l'entends saluer la gardienne. Celle-ci correspond en tout point à la femme décrite par Muriel Barbery dans L'élégance du hérisson. L'élégance en moins. Telle est l'idée qu'ont forgé neuf mois de lointaine... [Lire la suite]
Posté par Calimeriane à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,