La pluie, dans la Cité, fait reluire les trottoirs. L'eau dévale le long de rues, jaillit sous les pneus. Une odeur de terre mouillée se répand des rares parcs et de quelques bacs à fleurs. Les parapluies se heurtent et leurs propriétaires se défient ou s'insultent du regard.
La pluie, dans le village, fait pousser l'herbe. Mais feu le gazon n'en contient plus un brin. Il est de pissenlits, marguerites, molènes, fragiles graminées... Le sol est aussi moelleux que dans les forêts où le pied s'enfonce dans plusieurs centimètres de feuilles mortes.

Mais la pluie du village fait le vide. Une voiture passe toutes les heures. L'agitation des essuie-glaces est le seul signe d'une vie humaine. Les passagers sont invisibles, derrière les vitres battues par les gouttes. Lorsque l'automobile a tourné au coin de la rue, le silence s'abat.
Dans la Cité, la pluie n'éteint pas le tumulte. Les imprévoyants patientent côte à côte sous les auvents. Les buveurs se serrent sous les abris des terrasses. Des grappes d'étudiants se laissent mouiller en riant. Le regard des enfants laisse deviner l'envie de sauter dans une flaque.

ratatouille-chinoise

(Z'avez déjà essayé de prendre une photo sexy de ratatouille?)

Sous la pluie, j'ai envie de plats chauds : un bouillon fumant dans un énorme bol, un gratin grésillant en sortant du four ou encore un wok qui brûle les lèvres.
La ratatouille chinoise de Margot est parfaite dans ce cas ; avec ses légumes salés-sucrés-fondants. Ma recette diffère un peu pour cause d'utilisation de sauce soja japonaise ; mais elle est – dis-je fort peu modestement – délicieuse.

Ratatouille chinoise

(pour 2)

  • Environ 400 g d'aubergines

  • 2 petites pommes de terre (100 g pour moi)

  • ½ poivron vert

  • 2 gousses d'ail

  • 2 càs d'huile végétale

  • 2 càs de sauce de soja (japonaise pour moi, chinoise et claire pour Margot)

  • Sel

  • (Margot met aussi une ciboule, je n'en ai jamais eu sous la main)

Sauce :

  • ½ càc de fécule de pomme de terre (à défaut, de maïzena)

  • 80 ml d'eau

Modus operandi :

  • Détailler les aubergines en lamelles (format frites). Saler et laisser dégorger au minimum une heure.

  • Éplucher les pommes de terrer. Les couper, ainsi que le poivron, au même format que les aubergines. (Plonger les pommes de terre dans l'eau froide, le temps d'achever les autres préparations).
    Hacher l'ail (et éventuellement la ciboule)

  • Presse les morceaux d'aubergines pour en sortir le plus d'eau de végétation possible, entre les mains ou dans un torchon.

  • Chauffer la moitié de l'huile dans un wok ou une poêle à feu moyen. Y faire dorer les pommes de terre. Puis ajoutez le poivron et cuire jusqu'à ce qu'il soit tendre. Réserver le tout.

  • Chauffer le reste d'huile à feu moyen-fort. Y cuire les aubergines en mélangeant régulièrement. Lorsqu'elles sont tendres, ajoutez une càs de sauce soja et mélanger.

  • Ajouter les pommes de terre, le poivron, l'ail (et éventuellement la ciboule). Mélanger. Verser le restant de sauce de soja, remuer et laisser cuire 3 minutes environ.

  • Pendant ce temps, mélanger la fécule et l'eau.

  • Augmentez à feu fort et lorsque la poêle est bien chaude, verser le mélange fécule/eau tout en remuant. La sauce s'épaissit en quelques secondes. Arrêter tout de suite la cuisson.

  • Manger.