- Un homme courbé en deux pour pousser un vélo d'enfant.

- Un feu tricolore qui se reflète sur une plaque d'égout.

- Une façade d'église avec ses raies blanches de pluie sur un noir de suie.

- Un homme tenant un sac plastique contenant un unique chou rouge.

- Une ruelle silencieuse tranchée par le rire clair s'échappant d'un restaurant.

- Un petit visage d'une petite asiatique mangé par l'énorme objectif de son énorme appareil photo.

- Une coquille saint-jacques plus grosse que la paume d'une main

- Un rideau vert, bleu, rouge et petites fleurs, enluminant la chambre d'une pas-encore-adulte

Par-dessus tout cela, l'étonnement que ces choses soient si belles. Puis, l'étonnement que mon étonnement les rendent plus belles encore.

Article rédigé le 13 nomvembre au soir, avant que les sirènes de tout genre ne résonnent dans le quartier.
Je viens de me relire. Je ne comprends plus le monde. Le lien entre ces beautés, et cette peur.

pdt-gochujang1

Certaines nourritures ressemblent à cela. Comme les pommes de terre au gochujang – pâte de piment fermenté coréenne, j'en ai toujours un gros pot au frigo – que je m'offre au moins une fois par mois. J'ai improvisé cette recette un soir-où-rien-ne-va, elle après, tout allait mieux. (Et ai découvert plus tard que Letitia ( du blog Piment oiseau) a eu une idée proche, avec du tamarin).

Pommes de terre au gochujang

Pour une personne

  • QS de rattes, ou de petites pommes de terre nouvelles

  • 2 càc de sauce soja claire

  • ½ càc de gochujang

  • 1 à 2 càc de sucre

  • 2 càc de vinaigre de riz

  • Huile végétale

  • Ciboulette ciselée, coriandre hachée et jus de citron

(Note : le jus de citron est un ajout de ma maman, désormais indispensable).

Modus operandi

  • Rincer et essuyer les pommes de terre. Les couper en quatre dans la longueur.

  • Mélanger le gochujang, le sucre, la sauce soja et le vinaigre. Bien remuer pour tout dissoudre. Ajouter quelques cuillérées d'eau.

  • Faire chauffer l'huile (un bon filet) dans une poêle à feu vif. Y faire dorer les pommes de terre avec un peu de sel.

  • Réserver sur du papier absorbant, essuyer la poêle. Y verser la sauce au gochujang, faire réduire pour obtenir un sirop. Ajouter les pommes de terre et remuer constamment pour les enrober/caraméliser.

  • Servir avec les herbes et un bon filet de jus de citron.

 

pdt-gochujang2