L'araignée était au fond de l'évier. Elle me fixait. Tous ses yeux convergeaient vers l'humaine qui était à son plafond. Pourtant, elle n'a pas bougé lorsque le coquetier l'a recouverte. Trente secondes plus tard, elle zigzaguait sur les rebords de fenêtres, entre cendriers et pots de fleurs.
Je n'ai jamais pu tué un insecte, coccinelle comme cafard. Ceux qui hurlent à l'idée d'écrabouiller un moucheron sont souvent des gens biens. Ils refusent de faire du mal. Une minorité a des motifs moins nobles. J'ai simplement trop d'imagination. Je me pense – voire me sais – araignée quand j'en vois une égarée sur mon mur. Et je me refuse à mourir.

J'ai récemment du décapiter une souris. À onze heures du soir, sur le sol de ma cuisine. De précédents locataires ont enduit le placard de glu. Les souris y restent collés. J'ai décollé un cadavre, puis un second. En leur brisant la moitié des os. Une patte bougeait encore. Après, V. a pris son courage, et du dissolvant, à deux mains et a ôté ce piège. Depuis, je les entends courir. Elles sont embêtantes. Tant pis – tant mieux.

salade

Salade de haricots verts aux amandes (d'ici)

(pour les beaux jours – et 3 à 4 personnes)

  • 500 g d'haricots vers

  • 1 poignée d'amandes

  • 2 càs de sauce soja

  • 2 càs de vinaigre de riz

  • 1 càs d'huile neutre

  • 1 gousse d'ail pelée et émincée

  • 1 échalote pelée et émincée

  • Coriandre

Modus operandi

  • Torréfier les amandes à sec dans une poêle sur feu moyen. Hors du feu, ajouter 1 càs de sauce soja, mélanger et réserver.

  • Équeutez les haricots. Les faire cuire dans de l'eau bouillante salée, cela prend 5 à 10 min et ils doivent être al dente. Plonger les haricots dans de l'eau glacée, les égoutter.

  • Mélanger la 2ème càs de sauce soja, l'huile, le vinaigre, l'ail et ajouter le tout aux haricots.

  • Concasser les amandes. Répartir sur les haricots, avec l'échalote. Finir avec la coriandre.