Un cierge brûle pour moi dans une église toscane. Cette idée est agréable.

Je ne suis pas croyante. J'ai cessé de supposer qu'un Dieu pouvait exister à l'âge de dix ans.
Jusque là j'appréciais les jolies histoires de la Bible.

« Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens,
qui nous empêche d'en inventer un
? » (Lewis Caroll)

L'idée de Dieu me plaisait. Je l'ai adopté un court moment. Et je crois encore. Dans les nains qui creusent inlassablement la terre et y réveillent des créatures d'ombres et de feu. Dans les Très Anciens et Grands Anciens, les images ignobles de Yog-Sottoth et de Cthuluh. Dans Poudlard et le Ministère de la Magie.

Pas en une divinité quelconque. Je n'arrive – rationnellement – pas à l'envisager. Je n'arrive – émotionnellement – pas à l'accepter. Les grands livres le disent omniprésent, omniscient, omnipotent. Ils le disent bon. Je regarde autour de moi et cela n'a aucun sens.

Pourtant j'aime ce cierge. Je vois la beauté du geste, de la main qui l'allume. Je ferme les yeux et m'imagine être cette petite flamme. Je vacille dans un monde paisible.

cake1

Finalement ce cierge était un cadeau. De eux vers moi. Alors j'ai eu envie de me souvenir de ce gâteau. Un autre cadeau, de moi vers eux (même si je l'ai cuisiné d'abord pour me faire plaisir).

Ce « cake » - très revisité – à la pistache est une création de Jérome Chaucesse, chef pâtissier au Crillon. J'ai trouvé la recette ici, que j'ai suivi à la virgule. Hormis pour le confit à la framboise, allègrement remplacé par la gelée groseille-framboise de ma grand-mère.

Pour un cake de 20 cm de long :

  • 100 g de beurre pommade

  • 120 g de poudre d'amandes

  • 95 g de sucre glace

  • 60 g de pâte de pistache

  • 3 oeufs

  • Gelée de fruits rouges ou le confit de J. Chaucesse (voir ici)

Tout simplement :

  • Mélangez tous les ingrédients – sauf la gelée – au batteur électrique (au mieux : dans la cuve d'un robot avec le fouet « plat », aussi appelée feuille). Incorporez les œufs un à un en mélangeant bien entre chaque.

  • Étalez la préparation sur une plaque à pâtisserie couverte de papier sulfurisé. Faites cuire 20 à 30 min (selon votre four) dans un four préchauffé à 180°C.

  • Laissez refroidir sur une grille et décollez délicatement le biscuit.

  • Lorsqu'il est froid, découpez le biscuit en 5 bandes égales (et mangez les chutes, privilège du pâtissier !)

  • Étalez la gelée sur 4 bandes et superposez-les, en finissant par la bande « nature ».

    Réfrigérez une heure ou plus et égalisez les bords si nécessaire.