En haut à gauche. Photo en noir et blanc. Le goût d'une mousse au chocolat noir, tout à la fois aérée et dense. Âpreté et puissance aromatique sans complexité inutile. Quatre heures, lassitude disparaissant avec le son de la cuillère s'enfonçant dans la texture bruissante.

Juste à côté, couleurs saturées. Visage lisse d'une femme auquel on ne peut donner d'âge. Bouche rouge; yeux blonds, carrés de cheveux courts. Elle semble tout à la fois glaciale et hypersensible; comme sortie d'un film de Wes Anderson.

Couleurs pastels sur fond noir. Gorgée de yaourt savourée comme un grand cru. Regard rieur du vieux bulgare qui m'a tendu le verre. Le plaisir d'un produit simplement bon au milieu de produits formatés saturés de graisses et de sel. Le plaisir d'un artisan qui aime son œuvre au milieu d'industriels qui agissent comme par habitude. (Ils ne semblent même pas aimer l'argent qu'i se profile derrière tout ça).

Un sépia. Les mots d'une jeune femme que je ne connais pas. La sensation-souvenir de rencontres qui ont lieux mais sont manquées. Aigre-douce, la joie de lire de jolies choses et de sentir une ressemblance de sentiments.

Couleurs « albums de vacances en bord de mer ». Un rayon de soleil sur la terrasse d'un toit parisien. Les mots qui surgissent dans l'esprit et que l'on répète en esprit. « Un toit parisien ». Étonnement de se trouver ici et maintenant; sur un toit parisien..

En bas à droite. Brun et ocre. La chaleur de la tasse de thé à la cannelle au travers du plaid. La chaleur de la douce poésie des œuvres de Taniguchi. La fabrication d'un petit cocon; avec des matériaux simples.

DSCF0324

Des photos qui donnent envie de plats au four et d'odeurs savoureuses. Un plat avec des pâtes, des légumes et du fromage, qui accompagne la rêverie-torpeur de certains soirs. Cannelloni: chèvre; poireau; sauce crémeuse.

Pour deux personnes

  • 1 poireau (celui acheté au marché à la lumière tombante du vendredi soir)

  • 1 belle gousse d'ail

  • ½ verre de vin blanc sec (ou bouillon)

  • 4 feuilles de lasagnes

    ou 100g de pâte-à-pâte fraiche (moi j'aime bien celle-ci)

  • 80 g de buche de chèvre environ

  • du thym

  • sel, poivre, huile d'olive

  • 20 cl de lait ; farine et beurre pour faire une béchamel (utilisez votre recette favorite, c'est celle qui vous régalera le mieux. Pour ma part je mets 40g de beurre et 40g de farine pour ½ L de lait)

Sans se presser, en savourant par l'avance l'aspect bouillonnant

  • Hachez finement l'ail et émincez finement le poireau. Coupez le fromage en petits dés.

  • Faites cuire les lasagnes comme indiquées ici ou coupez votre pâte au format souhaité.

  • Mettez un peu d'huile d'olive dans une poêle et faites fondre l'ail tout doucement pendant 5 min. Ajoutez le poireau, montez un peu le feu et faites le revenir quelques minutes. Ajoutez le vin blanc (ou de bouillon). Faites cuire sur feu moyen jusqu'à ce que le vin soit évaporé. (Laissez tiédir (pour ne pas se bruler les doigts)

  • Répartissez le poireau sur les feuilles de lasagnes, en laissant 1 cm vide d'un côté. Tassez du bout des doigts. Répartissez les ¾ du chèvre sur le poireau. Roulez avec application.

    DSCF0302

    Disposez les rouleaux côte à côte dans un plat huilé.

  • Réalisez votre béchamel (faites fondre le beurre à feu doux dans une casserole, saupoudrez avec la farine et mélangez pendant 2min pour réaliser un roux. Ajoutez le lait froid en mélangeant. Poursuivez jusqu'à ce que la sauce épaississe. Salez, poivrez.)

  • Répartissez la béchamel sur les cannelloni. Répartissez sur le dessus le chèvre restant. Enfournez pour 15 à 20 min à 180°C. Au sortir, la sauce bouillonne et le fromage est doré. Mangez en vous brulant le bout des lèvres.