Il est tout de même étrange de pouvoir considérer une ville autre aussi rapidement et, somme toute, aussi facilement.

Par le biais du transport ferroviaire ou aérien, d'Internet et d'un réseau d'amis et de relations, sur un coup de tête ou pour une raison d'une extrême gravité, on peut choisir de parcourir plusieurs centaines de kilomètres en quelques heures, et de débarquer dans un endroit qui nous est foncièrement étranger.

Et pourtant. Paris, c'est tout à côté. C'est chez moi.

Parce que c'est notre pays, toujours, et notre langue, surtout;

Parce que j'y suis déjà allée et qu'à la nouveauté se mêlent les souvenirs et que mes trajets sont déjà pris dans des routines

Parce que les gens sont habillés comme nous, parlent des même choses que nous et, finalement, pensent un peu comme nous;

Parce qu'une chose d'accès aussi aisé ne peut être, par définition, lointaine (en tout cas pour moi tout se passe comme si un voyage un vrai, ne pouvait pas se définir seulement par un simple éloignement géographiquement chiffrable mais aussi par les conditions dans lequel se fait cet éloignement);

Parce que, enfin, quand on voyage « pour le travail » il n'y a a aucune césure dans nos temporalités et nos façons de les envisager. Quand mon temps de là-bas est le même que mon temps d'ici, ici et là-bas ont beau être distincts, je les regarde du même regard (et parfois je les enlaidis pareillement).

DSCF5869

Voilà. Et parfois avec juste un gâteau tout simple et un repas convivial, mon regard change plus facilement qu'en regardant un paysage défiler sur des centaines de kilomètres.

Ce cake au citron tout léger, je l'ai trouvé chez Sylvia: il faisait de l'œil depuis un certain temps à la grande adepte de ricotta (j'en mets un peu partout) et de citron (je l'ai assez prouvé) que je suis. Mais en tout cas, même s'il est bon nature (ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit), bien imbibé d'un coulis à l'orange, il touche au divin. Le genre de dessert à la fois frais et réconfortant qui conclue bien un repas de fête (et l'empêche d'être triste, si besoin est).

Donc pour un moule à cake :

  • 250 g de ricotta

  • 150g de sucre

  • le zeste d'un citron

  • 200g de farine (avec une pincée de sel)

  • 2 œufs

  • 1 sachet de levure chimique

En quelques mots:

  • Fouettez ensemble la ricotta et le sucre pour obtenir une crème lisse (qu'on ne finit pas à la cuillère, ce n'est pas le but. Mais c'est tentant)

  • Ajoutez les jaunes d'œufs, un à un, puis le zeste, et mélangez bien.

DSCF5821

  • Tamisez ensemble la farine et la levure. Ajoutez petit à petit ce mélange à celui à base de ricotta, pour obtenir une pâte lisse.

  • Montez les deux blancs en neige fermes et incorporez-les délicatement.

  • Transvasez tout cela dans un moule à cake bien beurré (le mien, en silicone, s'est déformé sous la poussée, d'où le profil surprenant de mon cake)

  • Enfournez dans un four préchauffé à 150°C pour 40 à 45 min (je ne vous fait pas la leçon sur la surveillance: le cake sec, tout le monde sait que c'est moyen).

    Couvrez d'alu si le dessus dore trop vite

DSCF5867

Et puis pour le coulis:

  • 1 orange

  • 60g de sucre

  • 10g de beurre

  • 1 càs de Cointreau (fac.)

 

  • Mettez le zeste de l'orange à blanchir 3 min dans une casserole (avec un petit verre d'eau, ça suffit). Filtrez.

  • Faites fondre le sucre avec le beurre dans une petite casserole

  • Ajoutez les zestes et faites caraméliser doucement pendant 2 min

  • Ajoutez le jus de l'orange (filtré) et faites caraméliser encore 5 min.

  • A ce stade, j'ai allongé le coulis d'un peu d'eau mais faites à votre goût!

  • Avant d'éteindre le feu, ajoutez encore la liqueur, mélangez un peu et réservez.

DSCF5871