J'ai parfois l'impression que ce sont mes rêves qui me réveillent. Comme si, dés lors qu'ils se font trop désagréables un système de survie me faisait reprendre connaissance. Je ne parle pas des rêves qui terrifient où qui sont « horribles » comme certains films, très beaux par ailleurs, peuvent l'être, mais de ceux qui laissent l'impression d'avoir été englué dans un processus ignoble, dans un monde fangeux.

L'impression est stupide, bien sûr: c'est bien parce que, d'une manière ou d'une autre je me réveille que je me souviens de ces rêves (que je fais sans aucun doute également sans me réveiller) et c'est bien à cause de cette impression, si marquante, que je garde longtemps ce souvenir.

Toujours est-il que le réveil est alors un moment à la fois dispensateur d'un immense soulagement et d'une sensation relativement désagréable... Parce qu'au lieu de se réveiller, relativement frais et dispos, on attaque la journée avec la tête toute empreinte de cette glue moite, l'équivalent spirituel du mauvais goût dans la bouche...

DSCF3789

Par chance, ceux qui, comme moi, passent leur vie à penser à la nourriture ont comme compensation au fait d'être totalement psychosés, de savoir comment se soigner dans ces cas-là. La solution se nomme « petit-déjeuner gargantuesque » avec, de préférence, une part de gâteau bien riche. Comme de gâteau, je n'en ai pas en ce moment (la montagne de crumpets compense), je vais me contenter d'évoquer avec vous le cake de la Turtle.

Cake nommé « Cake fabuleusement moelleux aux deux chocolats et amandes torréfiées! » par sa bienveillante créatrice et « Cake outrageusement goutu» par moi-même et mes goûteurs. Parce que voilà une chose saturée de suavité, tendresse, moelleux, chocolat, fort et riche en goût comme un de ses barres hyper-chocolatée dont on garde un souvenir d'enfance émerveillé... Bon, évidemment, faut un minimum d'ingrédients riches pour cela... Donc pas vraiment une recette régime (j'ai un peu baissé la dose de beurre, certes, mais réduire plus se fait au détriment du goût... Alors on se fait grand-mère et on prend son paquet de beurre en lâchant « Il faut ce qu'il faut! »)

La photo de la tranche est moyenne, certes (cake réalisé pour une fête de groupe, d'où la moche assiette en plastique) et ne lui rend pas hommage. Tentez le coup.

DSCF3792

Donc pour un cake outrageux

  • 100g d'amandes en poudre

  • 225g de farine (et un peu de sel, disons une petite ½ càc)

  • 150g de beurre

  • 175g de cassonade

  • 3 œufs

  • ½ sachet de levure

  • 12 cl de lait (écrémé pour elle, demi-écrémé pour moi)

  • 100g de chocolat blanc

  • 100g de chocolat noir

    Évidemment, pour le chocolat, vous faites à votre goût!

Et, en plus, outrageusement simple à mettre en œuvre!

  • Coupez le chocolat en morceaux (moi je préfère avoir des pépites de taille diverse dont des très grosses, mais comme vous voulez). Passez-les dans la farine rapidement (ça marche pour empêcher les fruits de tomber au fond... donc je conseille de tester pour voir, sinon, comme moi, les pépites tombent un peu).

DSCF3772

  • Versez la poudre d'amandes dans une poêle (à sec = sans matière grasse) et faites la torréfier. C'est à dire posez la dite poêle sur un feu doux ou moyen-doux et remuer la poudre avec une cuillère en bois pour la « colorer » légèrement, sans la griller. A ce stade, cela devrait aussi sentir outrageusement bon. (Le but étant d'accroître l'arôme, et ça marche, d'ailleurs)

  • Dans un grand bol, placez le beurre mou et travaillez-le au fouet pour en faire une crème (batteur électrique accepté si vous avez de p'tit biscotos. Mais dites-vous que comme ça vous mériterez votre part!). Continuez à fouetter et incorporez le sucre (et on continue toujours à fouette vaillamment), les œufs un à un (encore un peu mais ça devient plus simple) et la moitié de la farine avec le sel. Mélangez bien.

  • Ajoutez le lait, mélangez et versez enfin la farine restante, la levure et la poudre d'amandes. Fouettez (oui, encore, dernière ligne droite).

DSCF3774

  • Ajoutez les pépites de chocolat et versez la pâte dans un moule à cake, beurré et fariné.
  • Faites cuire 40 à 45 min dans un four préchauffé à 180°C (th 6 théoriquement): une pique plantée au milieu doit ressortir sèche.

DSCF3781

  • Laissez tiédir et démouler. Laissez refroidir (si vous y arrivez) avant de couper.

    Précipitez-vous sans arrière-pensée moralisatrices-raisonnabilisantes (qui gâcheraient tout)