Chaque rentrée on s'en étonne et on oublie à chaque vacances.

On oublie que l'université, la vie des études c'est cette profusion, ce fourmillement continuel dans tous les sens, et charge à chacun d'ordonner les information.

Tellement d'individus, à voir, à connaître, essayer de comprendre et auxquels sourire perpétuellement ou sur l'épaule desquels dormir. L'impression en conséquence d'être terriblement seul dés que l'on sort de là, tant on se sent entourée de toute part, par cette simple inter-connaissance multiple.

Tellement d'idées, de théories, de points de vue; à saisir, à comprendre, entrelacer et qui petit à petit, comme insidieusement et sans qu'on y puisse rien, contribue à nous changer. Même si on oublie les mots à sept syllabes, les dates et les auteurs on gardera la façon de voir le monde et la remise en question... En bref, les mots et les yeux de nos disciplines, on les gardera à vie. Ce sera comme une marque au fer rouge, un stigmate indélébile, dont on sent encore plus qu'il nous singularise lorsque l'on échange avec ceux qui ne l'ont pas.

Il y a tellement et tellement que l'on se dit parfois qu'il y a trop.

(D'ailleurs il y a aussi « tellement «  voir trop de travail que je sais pas si je tiendrais le rythme longtemps..)

DSCF4615

Et puis, il y a des choses dont on a jamais de trop, et les cookies en font partie. Je défie qui que ce soit d'avoir trop de cookies à manger ou partager. Et pour les gens qui 1. aiment le potimarron, 2. veulent mettre moins de beurre (mais laisse moi te dire que le beurre, c'est le bien), il y a les cookies au potimarron et chocolat blanc, tirés de là. Bon, ça en a le nom mais pas vraiment la texture: cela donne des petits gâteaux très moelleux (le potimarron apporte toujours cela au pâtisserie) et sans la p'tite croûte croquante du cookies home made.

Pour une vingtaine:

  • 130g de purée de potimarron (coupé en petits bouts, plongés dans l'eau bouillante jusqu'à ramollissage complet et pressé; avec la peau qi donne une belle texture)

  • 1 oeuf

  • 80g de cassonnade (ou le sucre qui vous plaît)

  • 180g de farine

  • 1càc de cannelle (facultatif)

  • 1 càc de cumin (facultatif)

  • 1 càc de levure

  • 40 g de chocolat blanc coupé en pépites

Bon ben, comme des cookies quoi:

  • Mélangez tous les ingrédients en les ajoutant un à un dans l'ordre où ils sont présentés ci-dessus.

  • Former des mignons petits tas (un tas peut-il être mignon?) à la cuillère à soupe sur une plaque couverte de sulfu.

  • Enfournez 12 minutes dans un four préchauffé à 180°C.

  • Le plus dur: laissez refroidir sur une grille.

DSCF4614

Pas dur, non? Prochaine recette: fondant potimarron et chocolat!