L'Ecomusée d'Alsace a pour moi une résonance multiple. Comme tous les endroits où l'on est allé enfant, plusieurs fois et pour toute une journée, il a ce goût un peu douceâtre de l'ennui qui finit par poindre. J'en avais peu de souvenirs précis.

Les tables à côté de l'eau qui miroite le ciel et qu'il faut scruter en plissant les yeux pour y voir les poissons.

La maison du sabotier avec ce Rrrrr-Rrrrr continuel qui s'en fait entendre. Celle du forgeron, feu et coups, violence maitrisée de l'homme qui sait. Il ne plie pas le métal, ne soumet pas le minéral, mais sait y voir la forme qu'il pourrait devenir.

DSCF4442

Est-ce que c'est encore pénétrer chez l'autre, quand il n'est plus là?

Le pétillement dans les yeux paternels qui aime à expliquer le fonctionnement des grosses machines dont les roues étaient plus grandes que moi. (Il le fait toujours, mais je comprends mieux). La nostalgie de la mère devant la cardeuse, dans les herbes aromatiques et médicinales.

Regret de l'époque que l'on a fait que frôler, enfant.

DSCF4444    DSCF4446

C'est une sorte de parenthèse paisible où diverses époques se côtoient sans se disputer.

Telle cette tour médiévale qui donne sur un jardin renaissance, clôt par un porche de pierre et des tuiles vertes. Derrière il y a une petite maison construite des siècles plus tard au bord d'une rivière fournissant obligeamment des saumons. Et à côté il yà la maison d'un artiste qui fait d'étrange construction en bois trouvé: la tour eiffel, des chèvres bleues, un puits azur...

DSCF4453

DSCF4448    DSCF4449

Il y a aussi la discussion avec la cuisinière qui nous fait goûter une tarte aux pommes avec streussel, un gâteau à la semoule et puis, juste pour nous, elle sortira une boîte métallique pleine de bredele. Discussions sur l'emploi du flocon d'avoine en pâtisserie et accord sur le délice qu'est le Maggi versé sur la salade.

Elle nous fera goûter le bouillon blanc qui a rafraîchit des générations d'alsaciens en été, avant que l'on cesse d'en faire. Comme elle a partagé sa recette, je crois que je vais vite me mettre en recherche de fleurs de molène.

DSCF4451

Si vous voulez y manger, je déconseille le restaurant. Celui où, petite, je mangeais une bonne cuisine alsacienne, a fermé il y a quelques années et est actuellement en travaux. L'a remplacé une sorte d'usine qui débite une demi-douzaine de plats-type, sans le moindre charme.

Ce qu'il faut faire c'est aller emporter avec vous du bon fromage et quelques tranches de jambon (celui que vous aimez). Puis il faut aller à la boulangerie pour craquer sur une baguette et un pain figue-noisette. La baguette est croquante comme il faut, avec ce léger goût caramélisé et une mie bien alvéolée sans être lâche. Peut-être est-il au levain. Le pain figue-noisettes est magnifiquement cuit, avec une croûte un peu épaisse et bien croquante sur une mie tellement tendre et richement garnie que l'on dirait un gâteau.

Et puis pour un dessert, il y a toujours la même boulangerie où alors la Maison des goûts et des couleurs où opère la cuisinière et qui propose des tartes aux fruits (myrtilles, quetsches...), kouglopfs, streusel et briochettes admirables, pas sèches pour un sou et bien sucrées.

Se toute façon c'était forcément une bonne journée: elle avait commencé avec une brioche maison. Un chinois hétérodoxe (parce que je trouve qu'il est plus joli dans un moule à cake), fourré à la crème pâtissière et au chocolat. (Hélas les photos de la bête « ouverte » ne sont pas fameuses: le temps matinal était bien gris!)

DSCF4430

Vous pouvez doubler la dose de crème pâtissière si vous l'aimez bien garnie... Comme au petit-déjeuner il y a de grands adeptes du trempage, je l'aime beaucoup ainsi.

La pâte à chinois est celle-là parce qu'elle est bien humide comme j'aime. La crême patissière c'est celle de la famille!

Pour un moule à cake

  • 260 g de farine

  • 25 g de sucre blond (ou blanc) + 1 càc

  • ½ càs sel

  • 100ml de lait

  • 55g de beurre

  • 10 g de levure fraîche

  • 1 œuf

  • 1 jaune d'œuf

  • 25 g de sucre semoule

  • 12,5 g de farine

  • 12,5 cl de lait

  • 1 càs de kirsch

  • 75g de chocolat noir coupé en pépites (des petites et des grosses!)

Environ 4 à 5H avant de pouvoir manger

  • Émiettez la levure dans la moitié du lait avec une càc de sucre. Laissez reposez ¼ d'heure.

DSCF4420

  • Mélangez la farine, le sucre et le sel.

  • Faire fondre le beurre dans l'autre moitié du lait. Battez l'œuf.

  • Ajoutez le beurre, puis la levure, puis l'œuf au mélange farineux (en mélangeant à peine à la cuillère en bois entre chaque.

    Pétrissez la pâte jusqu'à ce qu'elle soit bien lisse et ne colle plus trop (elle ne doit pas être indécollable du plan de travail mais pas non plus trop sèche. En fait il faut la laisser la plus humide possible pour pouvoir la manipuler!) Rajoutez donc farine ou lait, en fonction.

  • Faites lever 2H à couvert, dans un endroit tiède.

  • Pendant ce temps, faites la crème pâtissière. Versez le jaune et le sucre dans une casserole et mélangez au fouet jusqu'à ce que le mélange blanchisse, soit crémeux et forme un ruban derrière la cuillère.

  • Incorporez alors doucement la farine tamisée pour obtenir un mélange homogène

  • Délayez petit à petit avec le lait froid. Ajoutez le kirsch.

  • Posez alors la casserole sur feu doux et mélanger sans interruption au fouet pendant 10 min (plus si vous augmentez les doses) pour obtenir une crème assez épaisse (qui ne détrempera pas la pâte).

  • Laissez refroidir.

 

  • Beurrez et farinez un moule à cake

  • Dégazez la pâte, repliez-là deux ou trois fois sur elle-même et étalez-là en un grand rectangle (disons environ 25 sur 35 cm mais je n'ai rien mesuré!)

  • Étalez uniformément la crème pâtissière (et jusqu'aux bords sauf sur un cm le long d'un des longs côtés). Ajoutez le chocolat.

DSCF4422

  • Roulez la pâte sur elle-même par le grand côté (en allant vers celui qui à un cm à nu) en essayant de coincer le moins d'air possible. Pincez la bande sans garniture pour fermer le rouleau.

  • Coupez le rouleau en 4 morceaux. Placez-les verticalement, en quinconce, dans le moule.

DSCF4424

  • Couvrez avec un torchon et laissez lever encore 1H dans un endroit tiède.

DSCF4425

  • Enfournez le moule pour 25 à 30 minutes (selon votre four, surveillez et piquez-la à la sortie: les seules traces doivent être chocolatées) dans un four préchauffé à 180°C. Si le dessus colore trop vite, couvrez de papier alu.

DSCF4428

  • Glacez si vous le désirez (mais y a pas vraiment besoin). Dévorez.

DSCF4436

Pour vous montrez quand même l'intérieur...